Comment écrire une scène d’intimité ?

C’est un aspect très intéressant de la littérature, car on peut y noter les époques, les cultures, les classes sociales et j’en passe. Je ne parle pas ici de la spécialisation des romans de la catégorie romance, mais d’une littérature plus générale.

Comment les écrit-on ? Tout dépend de notre maturité émotive, encore une fois de notre culture ou celle des personnages. Un homme de quarante ans n’approchera pas quelqu’un de la même manière qu’un jeune de 14 ans à ses premiers amours. Il y a aussi le niveau de conscience. Parfois, une discussion au coin de la table est plus intime que trois pages dans la chambre.

Le réalisme de l’évolution de la relation est également important. Il est très rare de rencontrer le derrière de la tête de quelqu’un, tomber follement amoureux de la personne et deux minutes plus tard se retrouver dans ses bras à discuter de l’achat d’une maison et du prénom du chien.

Pour créer une belle tension pour le lecteur, il faut jouer de finesse, un peu comme une danse. Ils se rapprochent, ils s’éloignent un peu, ils reviennent plus près, recule encore… Le jeu devient magnifique, le lecteur a hâte de les revoir et anticipe leur prochaine rencontre. Ensuite, on enrichit leur intimité qui devient de plus en plus profonde. Quand vous les séparez à nouveau, le lien reste. C’est comme dans la vraie vie.

Pour écrire l’intimité, j’aime varier le contexte, surprendre le lecteur et utiliser une communication saine, forte et sensible. Ces scènes ne sont pas réservées pour les couples.

Un père demande à son fils de s’assoir avec lui sur la galerie, un instant. Il regarde au loin et lui parle de son jardin. C’est alors que le fils réalise qu’il croit en lui, par ses métaphores.

L’intimité est sublime à écrire. En couple, il y a plusieurs dimensions à prendre en considération : l’évolution des personnages, leurs peurs, leurs personnalités, l’éducation de chacun et beaucoup plus. Il risque d’y avoir plusieurs scènes d’intimités avant la grande déclaration ou le changement de statut des personnages. Les mailles se font comme dans un beau tricot et dévoilent la grandeur de la scène à la fin.

Essayer le roman Volk par Catherine Stakks qui joue bien avec l’intimité.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s